Croisière sur le Mékong

Houei Sai – Pak Beng – Luang Prabang

Au vu des péripéties qui nous sont arrivées, cette croisière mérite un onglet à elle toute seule.

.

Après le cinéma avec les changements de numéro de places et une fois bien installés, nous démarrons (pas vraiment à l’heure, car il fallait attendre des passagers qui passaient la frontière le matin-même).Tout se passe très bien, les paysages sont très beaux et sauvages.

.

Après 2 heures de navigation environ, nous remarquons que nous n’avançons plus beaucoup, voire plus du tout. Le bateau s’était enlisé dans le sable à un endroit où il y avait moins d’eau ! Cet incident arrive apparemment très rarement car la famille qui s’occupait de l’intendance semblait fort inquiète et agitée. Il n’y avait qu’une solution : alléger le bateau. Un pêcheur qui passait par là nous est venu en aide en proposant de faire évacuer les passagers. Il pouvait prendre 4 personnes à la fois et les conduire jusqu’à la rive. Un bateau peut transporter plus de 100 passagers, ce n’était donc pas gagné. Certains hommes forts ont d’emblée commencé à aider en poussant sur le sol avec d’immenses morceaux de bambou. Au bout d’1h30, un bateau plus grand et vide est venu nous aider : il a pu évacuer tous les passagers restants et le bateau s’est soulevé d’une fois et a recommencé à avancer. Tout le monde est remonté à bord et la croisière a pu continuer.

.

En fin d’après-midi, deuxième problème : de la fumée noire a commencé à s’échapper du moteur. Il prenait feu. Après avoir réussi à le maitriser, le moteur était complètement foutu et il nous était alors complètement impossible de continuer à avancer. Heureusement, les téléphones portables captaient du réseau et le conducteur a pu appeler un autre bateau vide (sans siège ni rien, juste une coque) pour nous venir en aide. Lorsqu’il est arrivé, la moitié des passagers est monté dedans et il a pu remorquer notre bateau en panne. Nous avions perdu beaucoup de temps à cause du premier incident, nous étions encore loin de Pak Beng, l’endroit où nous étions censés passer la nuit, et le soleil n’allait plus tarder à se coucher. Naviguer dans l’obscurité est totalement inconcevable car les bateaux ne sont pas munis de phares et qu’il y a énormément de rochers à fleur d’eau. Pas le choix : les bateaux se sont arrêtés le long d’une petite plage pour que nous y passions la nuit. Certains ont installé leur campement sur les bateaux, d’autres (nous y compris) sur la plage, d’autres encore ont fait un feu et écouté de la musique une grande partie de la nuit.

Nos compagnons pour la nuit

.
.

A 6h30 le lendemain matin, un bateau vide est venu nous chercher. Nous avons pu atteindre Pakbeng et disposions de 20 minutes pour aller acheter quelque chose à manger et à boire et puis remonter dans le bateau pour le deuxième jour de traversée. Ce dernier s’est passé sans encombre et nous avons pu nous reposer de notre très courte nuit pas très agréable mais bien drôle au final.

Le bateau s’arrête à quelques kilomètres de Luang Prabang, juste assez pour que tout le monde renonce à marcher et prenne un tuk tuk. Evidemment, les prix sont de nouveau affichés et il est impossible de négocier : 20 000 LAK par personne. Le tuk tuk vous déposer dans le centre, près de la place du marché.

.

Laisser un commentaire

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.